Le blog de José

Vers la fin des espèces humaines

neanderthalien.jpegDeux articles ont été publiés dans la revue Science le jeudi 22 février 2018 concernant des datations d'art et de comportements symboliques attribués aux Néandertaliens, situés à trois endroits différents en Espagne. Ces datations mettent en cause le classement de l'humanité en espèces et mettent en évidence son caractère idéologique, ce classement ayant été mis en place à une époque où les élites intellectuelles européennes avaient pour ambition de naturaliser les inégalités sociales en produisant un discours sur des inégalités de nature.
Le premier, signé par un ensemble d'éminents scientifiques d'organismes prestigieux comme le Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology à Leipzig, différentes universités britanniques, espagnoles, portugaises, allemandes ou encore le CNRS français, attribue à plusieurs manifestations artistiques situées en Espagne des dates supérieures à 64.000 ans, soit au moins 20.000 avant l'arrivée des hommes anatomiquement modernes en Europe. C'est-à-dire que ces manifestations de capacité d'une pensée symbolique n'ont pas des Homo Sapiens comme auteurs.
Le second, avec un peu moins de signatures dont certaines en commun, attribue un âge de 115.000 ans à des coquillages qui ont manifestement été portés comme colliers et ont pu être colorés avec de l'ocre. On est là 75.000 ans avant l'arrivée de nos ancêtres en Europe.
À cela il faut ajouter les constructions intentionnelles au fond de la grotte de Bruniquel, datées à plus de 175.000 ans, manifestant des compétences d'organisation de l'espace, de conduite d'équipe, de planification. Mais à 300 m de l'entrée d'une grotte, il faut aussi s'orienter et pour cela maîtriser l'éclairage, donc avoir développé des techniques d'illumination par le feu assez performantes pour les allers-retours et les temps de « travail » nécessaires à l'obtention de la matière première (des stalagmites intentionnellement cassées), à son transport et à son assemblage.

Les statuettes féminines de la préhistoire

Si, comme le suggère Jean-Paul Demoule dans son livre « Les dix millénaires oubliés qui ont fait l'histoire », p. 190 (les indications de pagination dans cet article renvoient vers ce livre), en posant la question « la domination des hommes sur les femmes est-elle l'origine de toute forme de domination ? », la représentation de la femme au cours du temps est un fil rouge qu'il faut suivre de près.

Sa réflexion sur le sujet ne manque pas d'intérêt mais me semble se terminer de manière réductrice et qui, en outre, exclut implicitement la femme elle-même de sa propre représentation.

420px-VenusHohlefels2.jpgIl résume sa thèse en ces termes : « Les plus anciennes représentations humaines paléolithiques, les Vénus déjà évoquées aux caractères sexuels outrageusement exagérés (seins, sexe, fesses) révèlent beaucoup plus un regard masculin sur la femme érotisée qu'une préoccupation féminine touchant à la fécondité » (p. 177). Cette thèse du regard masculin, en quelque sorte concupiscent, revient à plusieurs reprises. C'est la thèse développée notamment dans le chapitre V (« Qui a inventé l'art (et le design) ? »), page 99, ou encore dans le chapitre 4 (« Qui a inventé les dieux (et Dieu) ? »), page 75. « Ces petites sculptures devaient être visibles, puisqu'elles sont réalisées selon les mêmes canons esthétiques, du Périgord jusqu'à l'Ukraine. Elles devaient servir de support à des interrogations sur la sexualité, plutôt vue d'un point de vue masculin, ce que confirmerait l'abondance des représentations de sexes féminins stylisés, bien plus nombreuses que celles de sexes masculins, tout comme les femmes sont beaucoup plus représentées que les hommes ».

À l'Âge du Bronze, la représentation de la femme passe au second plan, « s'il se rencontre encore des figurines féminines, elles se font de plus en plus rares » (p. 104) et « ce sont les représentations masculines, sculptées ou gravées dans la pierre, et bientôt fondues dans le cuivre et le bronze, qui dominent largement ». Pour jean-Paul Demoule « c'est la représentation du pouvoir et de la force guerrière qui s'impose partout » avec l'apparition d'une nouvelle représentation « les représentations du soleil, exceptionnelles jusque-là ».

Rupture d'égalité

Giuseppe_Bartolomeo_Chiari_-_Susannah_and_the_Elders_-_Walters_371880.jpgLe harcèlement sexuel des femmes fait la une de la presse ces jours-ci. Divers cas de personnalités masculines, en situation de pouvoir, sont « balancés », provoquant émotion et indignation, prises de position politiques, mobilisations citoyennes qui réclament un plan d'urgence contre les violences sexuelles. 

En Europe, Eurostat a recensé 215.000 agressions sexuelles pour 2015, dont 80.000 viols avec 90 % de femmes victimes et 99 % d'hommes auteurs emprisonnés. Eurostat ne connaît que les plaintes, pas les agressions qui ne sont pas dénoncées.

La violence sexuelle, le harcèlement de rue ou lié à une position de pouvoir, sont une partie de la violence générale imposée aux femmes pour les reléguer en seconde position, dans tous les plans de la société. Cette « seconde position » n'est pas un état naturel mais une situation culturelle complètement intériorisée par les deux sexes. S'en affranchir demande une forte dose d'énergie à chacun et à chacune, énergie mentale, énergie de résistance au qu'en-dira-t-on et aux habitus sociaux, énergie d'acquisition de savoirs et énergie de transformation des comportements. En fait, c'est dur et cette difficulté même agit comme force d'inertie pour que rien ne change. Les lois sur la parité en sont un exemple, l'égalité des droits n'est pas une égalité dans les faits.
Cette violence générale est celle qui est nécessaire pour la constitution d'une inégalité fondamentale, autour de laquelle notre monde est organisé : une inégalité structurelle entre les femmes et les hommes. C'est une rupture d'égalité qui est, à mon avis et au niveau où j'en suis dans mes recherches, le fondement de toute inégalité. Si j'emploie le terme « violence » c'est parce que qu'aucune inégalité ne se crée sans recours à la force, toute domination suppose une contrainte. L'émergence des sociétés inégalitaires au Néolithique, période où la domination de la femme devient explicite, en apporte la preuve.

Glanages, #10

PortraitSerreJBFondSpirale.jpgVoici un numéro 10 un peu chargé, long comme un jour sans pain, il n'y en avait pas eu depuis le 19 septembre.
Nous avons vécu les soubresauts, pas encore terminés, de la pseudo déclaration d'indépendance de la Catalogne qui ont été l'occasion de partager sur Facebook plusieurs articles de la presse espagnole d'une exceptionnelle qualité. Pourquoi partager des articles en espagnol ? Parce que, comparativement, les publications en français sont généralement d'une médiocrité approximative qui contraste avec la lucidité péninsulaire. 
Mais quel rapport entre la Catalogne et le thème du blog, l'inégalité ? C'est le jeu politique, divertissement médiatique où, comme le dit Juan Perro, "quand on agite les drapeaux, on enfume la pensée". Toute la construction de l'inégalité se base sur ce jeu de manipulation et de prestidigitation où l'on agite de la main gauche une marionnette qui détourne l'attention des agissements de la main droite. 
Nous resterons en Espagne encore, avec la commémoration des 80 ans du mouvement Mujeres Libres et une incursion en Argentine avec un film sur l'anarcho-féministe Virginia Bolten, que je vous conseille (en espagnol).
Enfin, plusieurs articles, billets, réflexions, comptes-rendus de lecture sur le sujet de l'inégalité et des inégalités qui ont été produits au long de ces deux mois. Et une pensée pour Françoise Héritier qui vient de nous quitter et dont le travail sur la "valence différentielle des sexes" a été un apport inestimable à la compréhension de l'inégalité en pointant ce qui est, probablement, sa source.

Le hold-up fiscal

OxfamHopital.pngOxfam Belgique a réalisé une courte vidéo qui met en scène un hold-up dans un hôpital. Ce n'est pas une fiction, c'est une illustration de ce qui se passe réellement lorsque la partie de la richesse produite, initialement destinée au pot commun, est captée par la fraude fiscale.

Les 100 milliards d'euros qui échappent ainsi aux différents fiscs doivent être compensés par une surimposition sur les autres contribuables ou (peut-être même ET) dégrader les services publics essentiels, comme ceux liés à la santé. Concrètement cela signifie que les sommes détournées du circuit légal de l'imposition sont récupérées dans notre poche pour une part, payées par les vies perdues des plus démunis d'autre part.

Oxfam propose une pétition pour exiger la transparence fiscale. Regardez la vidéo ci-dessous.
 

Quel est mon territoire ?

«Périsse ma nation, pourvu que l'humanité triomphe!», dit Lamartine qui cite Barnave.1 L'opposition entre l'humanité et la nation a de quoi interpeller, comme si l'une, la nation, était la négation de l'autre, l'humanité. Car nous avons l'habitude de nous définir davantage par notre carte d'identité que par cette identité qui nous est, pourtant, commune à tous.

Au moment où la facétie de la pseudo-déclaration d'indépendance de la Catalogne2 déferle sur les médias, où bien des populismes et des nationalismes haussent le ton en Europe, où chacun se revendique propriétaire d'un bout de planète pour y mettre des limites et des gardes, décider qui en est et qui on en exclut, je me demande comment on a fini par accepter d'être confondus avec ces fictions que sont les peuples et les nations plutôt que de se reconnaître pour ce que l'on est vraiment et tous ensemble : des humains à la dérive sur un caillou dans l'univers. Situation suffisamment angoissante en elle-même pour qu'on soit enclins à se donner la main plutôt que le coup de poing.

Les pauvres paieront

« Dans un contexte où 10% des Français-e-s les plus riches détiennent déjà plus de la moitié des richesses, la réforme fiscale annoncée risque de creuser encore davantage les inégalités. Les 10% les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10% les plus pauvres pendant que les contributions fiscales des entreprises seront largement réduites alors que leurs bénéfices explosent » - dit Oxfam dans une étude publiée le 25 septembre 2017.
Nous avons vu dans plusieurs billets de ce blog (ici et ) que les inégalités se creusent partout dans le monde et que la tendance est à l'accélération de ce mouvement, comme cela s'est produit aux États-Unis d'Amérique du Nord pendant ces dernières années. Or, on sait maintenant que les inégalités sont bien plus importantes que celles qui ont été mesurées à partir des chiffres officiels.

Condorcet - Conseils à sa fille

Nicolas_de_Condorcet.PNGCondamné à mort, Nicolas de Condorcet a écrit des conseils pour sa fille, alors petite enfant. Ces conseils, malgré le vocabulaire et le style qui datent l'époque de la rédaction, sont tout à fait d'actualité. Comme beaucoup de ce que Condorcet a écrit ou pensé.
Si je publie, dans ce blog consacré à l'inégalité, ces conseils, c'est parce qu'ils sont tout empreints de cette conviction profonde que les humains sont tous égaux. Lorsqu'il dit à sa fille qu'il convient de secourir les autres, il l'avertit aussi « n'oublie jamais que celui qui reçoit est par la nature l'égal de celui qui donne », une phrase si proche du titre même de ce blog, et que je découvre. En termes d'égalité, et vous le remarquerez en lisant ces conseils, Condorcet aurait tout aussi bien pu donner les mêmes à un fils. Rien dans ce texte ne permet de penser qu'il fait une différence entre les hommes et les femmes, que ce soit par nature ou par rôle social. D'ailleurs, il venait de travailler à une constitution pour la France où il donnait le droit de vote aux femmes (...qui ne l'ont réellement eu qu'en 1945). Cette notion de l'égalité des humains « par la nature » s'oppose en tous points aux conceptions de son époque où, justement, la nature était représentée dans une organisation en forme d'échelle où tout le monde ne se valait pas, à commencer par la femme, classée seconde. Le monde terrestre était conçu selon la hiérarchie céleste, il était conçu sur la base d'une inégalité par essence et par nature entre les êtres.

Glanages, #9

330px-Lhermitte-Les_Glaneuses-1898.jpgLes idées néolibérales progressent à une telle vitesse qu'il est difficile de glaner d'autres choses en cette rentrée. Pourquoi m'interessé-je (ça fait vieux français, non ?) à ce seul aspect de la vie qui va ? Parce que le thème de ce blog est l'inégalité et que le néolibéralisme en est actuellement l'expression la plus aboutie, dans tous les domaines de la vie sociale et économique. J'ai fait un billet pour justifier ça, je n'ai pas trouvé à le faire en une phrase claire. Donc, cette semaine, du jus de ouèbe très néolibéral. Mais en-dessous on se détend, sérieusement parfois. Promis, à l'avenir, l'actualité politique ne sera pas le sujet principal. Mais là, la concordance entre l'actualité politique et le sujet des inégalités était trop forte pour passer à côté.

Les milliards de l'inégalité

654px-Hedge_funds_and_tax_haven-fr.svg.pngDans plusieurs billets de ce blog j'ai fait état d'études pointant les inégalités en France et dans le monde ainsi que de leurs conséquences y compris sur une partie de l'humanité à naître. Cette inégalité n'est pas un état de nature, mais une construction qui, dans le monde d'aujourd'hui, est patiemment entretenue et accrue par des règles imposées aux peuples par diverses formes de violences et d'outils de contrainte et de contention, qui, parfois au nom de la justice sociale et de l'ordre public assurent la répression nécessaire au maintien et au développement des politiques de spoliation des faibles et d'accroissement de la richesse et du pouvoir des nantis. Ainsi, comme nous le savons pertinemment, des outils de défiscalisation, de quadrillage du monde (comme les frontières), des lois sur la circulation des capitaux, des institutions bancaires tentaculaires et opaques sont mis en place pour que les fortunes les plus importantes de chaque pays puissent échapper à la redistribution, à la solidarité, au financement de la vie commune dans la société. Par contre, des outils de contrôle des revenus des petites gens assurent qu'aucun ou presque n'échappera aux taxes, cotisations, impôts, péages, frais et amendes qui iront financer l'ensemble des institutions publiques qui garantissent paix, tranquillité, options de fraude et opportunités d'enrichissement aux plus fortunés en organisant, par le pouvoir d'État, un monde à leur service.

En manifestation, pour un choix de société

 
IManif20170912_2.jpg
Manifestation de la CGT le 12 septembre 2017

Comme toujours, selon la situation dans laquelle on se trouve, on a un point de vue particulier. Ainsi, le Medef se réjouit des ordonnances qui vont, pour lui, dans le bon sens, qui est le sens d'un pouvoir accru du patron dans l'entreprise. Faisons bien attention aux mots : par "patron" on ne signifie plus aujourd'hui ce que cela signifiait au XIXème siècle où l'entreprise appartenait vraiment à celui qui la dirigeait. Ça existe encore dans les PME, mais ce n'est plus la règle. Les entreprises sont dirigées par des "dirigeants", qui ne sont généralement pas les propriétaires et qui travaillent avec un objectif : rentabiliser l'investissement des actionnaires. Ce n'est pas la même chose que de garantir l'emploi des salariés, car rentabiliser l'investissement signifie distribuer les plus gros dividendes possibles. Et l'emploi (la "ressource" humaine) est l'une des variables sur lesquelles le dirigeant peut intervenir

Glanages, #8

330px-Jules_Adolphe_Aimé_Louis_Breton,_The_Gleaners,_1854._National_Gallery_of_Ireland.jpgUne nouvelle semaine de glanages et de productions diverses. Du divertissant et du sérieux. Désormais, pour ceux de mes amis qui ne sont pas chez Free ni chez AOL il y a une newslettre hebdomadaire. Pourquoi pas pour ceux-là ? En fait, je la leur ai envoyée aussi, mais j'ai eu en retour un message de non distribution, m'assimilant à un spammeur. Les formes de la censure numérique sont variées et cette police incontrôlable exercée par des entreprises privées sur les sentiers du numérique est proprement insupportable. C'est, très clairement, un bâillon qui s'applique de manière indiscriminée et selon des règles opaques. Du coup, ces glanages, qui avaient vocation à disparaître de Facebook, sont de retour.

La petite graine du papa

Lors d'une récente soirée cabaret, deux chansons, de deux auteurs-interprètes différents, se sont succédées en évoquant « la petite graine du papa », qu'il dépose dans la maman. Cette succession rapide du même thème a attiré mon attention et j'ai remarqué l'assentiment général donné à cette expression, expression d'un lieu-commun. Nous connaissons tous la suite de cette action, qui compare la relation sexuelle à la plantation d'une graine dans un pot ou dans un champ. Il n'y a plus qu'à attendre que ça pousse1.

Quels sont les développements de cette idée ? On voit bien qu'il y a un actif (le papa qui dépose) et un passif (la maman qui reçoit). Pour la suite, à l'image du pot ou du champ, la graine sera active en se développant, en faisant émerger la vie qui va alors s'épanouir au sein d'un corps passif qui l'héberge et dont elle se nourrit.

Tous les stéréotypes d'une culture sont déjà présents dans la seule expression « la graine de papa ». Un stéréotype qui dit que la vie est générée par l'homme, qui est non seulement l'origine mais le principe créateur lui-même et attribue ainsi la division actif/passif à chaque  sexe, essentialisant l'un et l'autre2.

Le choc de la libéralisation

Avec le gouvernement actuel, il n'y a pas que le montant des APL qui baisse. Les impôts baissent aussi, de 11 milliards. 11 milliards au total, si on tient compte des hausses de 2,6 milliards (tabac, fiscalité écologique) et des baisses par ailleurs de 13,5 milliards. Sur ces 13,5 milliards de baisses des impôts, certaines ont été décidées par le gouvernement précédent : 4,5 milliards pour les entreprises (taux du CICE qui passe de 6 à 7 %, crédit d'impôt sur la taxe sur les salaires qui baisse d'un demi-point). Le gouvernement y ajoute 7 autres milliards : une baisse du prélèvement forfaitaire unique sur le capital, la suppression d'une première tranche de taxe d'habitation et la suppression de l'ISF, l'impôt sur la fortune, 3 milliards chacune.

Inégalité et mobilité sociale

Homeless_New_York_2008.jpeg.jpegCe texte de Miles Corak fait une analyse de la mobilité sociale en rapport avec l'importance de l'inégalité dans la société. Ce qu'il appelle la "mobilité sociale" est la capacité pour chaque génération de ne pas reproduire seulement le niveau de vie de ses parents, mais d'être en capacité de l'améliorer. Les sociétés qui offrent cette capacité sont considérées "fluides", celles qui ne l'offrent pas, ou peu, sont considérées "rigides". C'est-à-dire qu'elles s'organisent autour d'une stratification sociale qui se reproduit à l'identique ou presque de génération en génération. Dans ce dernier cas, chaque génération n'a pas une "égalité des chances" dans le domaine de l'amélioration de sa condition et d'accéder à des responsabilités, du prestige, des relations sociales valorisantes.

L'évaporation de 150 milliards

330px-Paiement_euros.jpgIntéressant article de l'Humanité  concernant la fraude patronale, estimée à 20 milliards d'euros en France. « La fraude aux cotisations sociales des patrons français explose et représente un manque à gagner de plus de 20 milliards d’euros par an, selon la Cour des Comptes » dit le chapô de l'article.

C'est une augmentation de 4 milliards par rapport au précédent rapport de la Cour des Comptes en 2012 et elle a « doublé depuis 2007 ». Les secteurs les plus concernés sont le bâtiment et le commerce, qui font disparaître à eux seuls 7,1 milliards.

Les deux morceaux du même

         

Aristofanes.jpgEn lisant Dette 5 000 ans d'histoire, un livre d'anthropologie économique1, je tombe sur la citation suivante comme illustration d'un sous-chapitre :

« Chacun d'entre nous est donc une fraction d'être humain dont il existe le complément, puisque cet être a été coupé comme on coupe les soles, et s'est dédoublé. Chacun, bien entendu, est en quête perpétuelle de son complément ». (Platon, Le Banquet).

Mais que vient faire pareille citation de la Grèce classique comme introduction au sous-chapitre qui s'intitule « Donc, qu'est-ce que le Moyen Âge ? » ?

La Nueve

Le 24 août 1944, La Nueve, principalement composée d'anarchistes espagnols, a initié la libération de Paris. Ce reportage de France 3 explique leur périple.

La robot-censure

CensureFacebook.png
Deux fois j'ai essayé de publier ce billet sur Facebook. La première fois j'ai reçu un ​message immédiat, tellement immédiat que j'en ait été surpris, de la part de la robot-censure de Facebook, me disant que ma publication était du spam et qu'elle était retirée. La deuxième fois le billet a bien été publié et a même pu être « aimé » par deux ami-e-s avant que, rebelotte, même message.
À chaque fois il faut demander pardon et expliquer que non, ce n'est pas du spam. Mais pour autant le billet n'est pas republié. Il est transmis à une Community machin-chose qui doit statuer.
Tout cela pose bien des questions. D'abord, quand j'écris je m'adresse à des êtres humains censés comprendre ce que je leur dis. Dans le cas particulier de ces publications, ils sont même triés sur le volet. Ce ne sont pas les « amis Facebook » dont je ne connais l'existence, de certains, que par cet intermédiaire. Ce sont les « amis » qui sont mes amis et qui, à ce titre, font partie d'une liste restreinte, celle à laquelle je m'adresse en général quand je n'ai pas quelque chose à crier urbi et orbi, chose fort rare, car j'ai le sentiment que l'univers n'est pas à mon écoute.

Une CSG pour les jeunes ?

1280px-Roman_collared_slaves_-_Ashmolean_Museum.jpgLe gouvernement va donc supprimer 5 € mensuels d'APL pour les jeunes. Les jeunes qui doivent faire des efforts. En même temps, il augmente la CGS pour les retraités. Des retraités qui doivent faire des efforts « pour les plus jeunes générations et pour récompenser le travail ».
En fait, les jeunes font des efforts pour les vieux et les vieux font des efforts pour les jeunes. La société fait des efforts pour... pour qui ? Ah, oui, la société supprime l'essentiel de l'impôt sur la fortune parce que les jeunes et les vieux riches ne doivent surtout pas faire d'efforts pour personne. Les riches ont déjà fait des efforts pour devenir riches, par exemple : ils ont hérité de leur famille, ils sont rentiers.

L'esclavage augmente en Europe

CarteEsclavage.pngCarte de répartition de l'esclavage moderne dans le monde (source https://www.globalslaveryindex.org/index/)

Il y aurait actuellement plus de 45 millions d'esclaves dans le monde, à la fois sous la forme de l'esclavage ancien (une personne qui est une chose propriété de quelqu'un) mais surtout sous la forme de ce qu'on appelle l'esclavage moderne. Cet esclavage nous concerne à la fois parce qu'il se développe en Europe mais aussi parce que, dans le monde, il sert à produire des biens que nous consommons.

Le Néolithique, la violence et l'inégalité

375px-Da_Vinci_Vitruve_Luc_Viatour.jpgL'humanité est-elle une espèce violente où la majorité de ses membres sont naturellement soumis à un dominant ? C'est l'idée qui fait sens commun et tout le monde a en tête, parce que cela a été répété au son du tam-tam chaque jour et chaque nuit pendant au moins dix générations, la "loi du plus fort" comme le "contrat social". Une idée simple : sans une force de contrainte on va tous s'égorger mutuellement, car à "l'état de nature" les individus n'ont aucun frein. L'idée de "contrat social" suppose que les individus sont naturellement libres mais comme cette liberté mène au désordre, alors les individus passent un contrat pour se limiter eux-mêmes et instituer une autorité qui fera régner l'ordre.
Alors même que Hobbes pense que "le plus fort", s'il cherche à s'imposer, sera éliminé par les plus faibles qui se regroupent, la notion a été reprise par ce qu'on nomme le darwinisme social, qui en a fait un moteur de l'évolution des espèces - ce que Darwin n'a jamais prétendu. Ainsi, ce seraient les plus forts qui feraient évoluer les espèces et les espèces les plus fortes qui seraient vainqueuses(*) dans la concurrence pour la survie.
 

Pages